Psoas : Un muscle presque comme les autres !

Le Psoas qu’es aquo ?

interrogation

Vous en avez sans doute déjà entendu parler à maintes reprises chez votre ostéopathe ou lors de vos entrainements sportifs mais :

Quel est ce muscle ? Où se situe t-il ? À quoi sert-il ? Pourquoi faut-il en prendre soin ? Et comment ?S1XhAESgi1MgTOGlmJRwyFkNC48@665x442

Quel est ce muscle ? Où se situe t-il ?

Le Psoas ou Psoas-Iliaque est un muscle allongé qui traverse l’abdomen dans le quadrant inférieur et postérieur. Il est constitué de 2 chefs :

a) le psoas prend son origine sur la 12ème vertèbre dorsale, les 4 premières vertèbres lombaires et sur les disques intervertébraux correspondants.

b) le muscle iliaque, large, aplati et en forme d’éventail, prend son origine au niveau de la fosse iliaque interne.

Les 2 se terminent en un tendon commun au niveau du petit trochanter, tubérosité se situant sur le fémur. Lorsque l’on observe l’anatomie, il est intéressant de voir que certains nerfs passent au sein même de ce muscle notamment le nerf crural, entre iliaque et psoas.

À quoi sert-il ?

Le psoas iliaque est un muscle puissant car c’est le plus grand fléchisseur de la cuisse sur le bassin. Il contribue à la fois à la station debout en assurant l’équilibre du tronc et à la marche en permettant la flexion de la cuisse.

Vous aurez compris que nous utilisons quotidiennement ce muscle plus ou moins selon l’intensité de nos activités : Que vous travaillez debout en statique, portiez du poids ou même soyez assis une bonne partie de la journée votre Psoas sera sollicité.

Pourquoi faut-il en prendre soin ?

Pour de multiples raisons :

  1. Tout d’abord de part sa situation dans le corps humain il va jouer un rôle essentiel dans la transmission des forces du membres inférieur vers le tronc et plus particulièrement les vertèbres lombaires : Chez les personnes souffrant de lombalgie chronique (douleur en bas du dos) il faudra être vigilant à prendre soin de ces muscles.
  2. Ensuite de par sa proximité géographique avec la capsule rénale et ayant une origine d’innervation commune le psoas va facilement, en réaction à une toxicité rénale, être spasmé.

Comment en prendre soin ?

Déjà il est important de comprendre que la « santé » passe avant tout par une hygiène de vie globale convenable. C’est important, avant toute prise en charge, d’avoir pris conscience de cela si l’on souhaite bénéficier totalement de celle-ci et que cela puisse être durable. Cela passe par une bonne hydratation, variée et régulière, et une alimentation équilibrée et variée aussi.

Vous trouverez de multiples manières d’effectuer des étirements des Psoas, je vous en propose une, celle qui me parait être la plus simple et facilement reproductible et bien sûr non dangereuse. Je vous rappelle, au passage, qu’un étirement afin d’être efficace se doit d’être progressif, continu et non douloureux. 

 

Exemple de l’étirement du Psoas DROIT : 

Au début de l’étirement vous devez mettre un genou à terre et plier l’autre jambe pour vous retrouver dans la position ci-dessous. Si vous êtes sur un sol dur pensez à positionner un coussin ou une serviette entre votre genou et le sol. Le dos doit être droit du début à la fin de l’étirement.

Afin de garder l’équilibre vous pouvez vous appuyer sur le rebord d’une table ou d’une chaise avec, ici, la main droite.

IMG_9016

Le déroulé de l’étirement va consister à faire avancer votre bassin vers l’avant tout en gardant le dos droit. Vous devriez sentir une tension apparaître au niveau de l’aine droite. Dés que celle-ci est présente vous pouvez arrêter d’avancer et attendre quelques instants que celle-ci disparaisse. Vous revenez ensuite à la position de départ et répéter autant que nécessaire l’exercice en prenant soin d’avancer au fur et à mesure le pied gauche ici afin d’augmenter progressivement l’étirement.

Attention, afin que l’étirement conserve son efficacité vous ne devez pas faire dépasser votre genou, ici gauche, de votre pied.

L’étirement est terminé lorsqu’après avoir répété quelques fois l’étirement vous êtes arrivé au maximum de vos capacités, sans douleur je vous rappelle.

IMG_9024

Une fois que vous avez effectué l’étirement correctement d’un côté n’oubliez pas de faire l’autre côté. Il est normal d’être plus à l’aise d’un côté que de l’autre mais pensez à bien équilibrer les étirements.

Maintenant c’est à vous, bons étirements !

Sources :
https://bodydivineyoga.wordpress.com/2011/03/23/the-psoas-muscle-of-the-soul
http://www.yogajournal.com/article/practice-section/the-psoas-is/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s